Le Bokné

Son bleu électrique à l’oreille, 9h, Marcadet Poissonniers.
Je visse et emmêle consciencieusement mon casque dans mes cheveux, branchée sur Die Antwoord, gueule de bois mortelle. La soirée de la veille avec Zonebbu d’errance…
Les ondes vertes et jaunâtres du métro. Au dessus de ma tête, un matin moite, j’ai dormi (vaguement), je sautille, je suis prête, j’ai mal au crâne. Arrivée à Cité ça cogne. 9h20.
J’ai le front plissé, à la sortie le soleil m’éclate à la figure, toutes les pierres sur les façades, brûlent en formant de grandes flaques dans mes yeux. Du bas en haut des escaliers, je regarde le sol gris, toujours éteint quelque soit le temps. Je marche jusqu’au café Panis, de gauche à droite sur le trottoir comme une balle de flipper en chute libre.
C’est une brasserie à touristes orgueilleuse, sombre à l’intérieur et pourtant recouverte sur deux côtés de verrières amovibles, d’où l’on voit Notre-Dame et les grands bus à touristes.
De l’entrée, je suis happée dans le brouhaha et les grands cris de serveurs affolés « CHAUD ! » dans un raz de marée de touristes et d’habitués pendus au comptoir. C’est beaucoup trop tôt ! Je me sens toute enfoncée dans le sol à chacun de mes pas. J’ai parcouru la ville avec Zonebbu sous le bras, lui et son ami accro au calva…
– Mademoiselle ! hé ! Mademoiselle !
Le type derrière le bar, celui qui a l’air d’avoir dormi devant la porte, agite le bras, arborant un sourire d’arraché complice
– C’est à moi que tu parles ?
– Je t’offre un café ?
-T’es qui ?
– Bah le barman !
– Tu me l’offres ?
– Ouaiiis, et je t’ai vue, tu bosses sur les quais toi.
– Pourquoi tu me l’offres ?
– T’es jolie.
– T’es bourré mec. Le noisette allongé tu me l’offres ?
– tu reviendras ?
– Peut être.
Il se raccroche à son bar, éméché, puis commence la chorégraphie du café. Il devient rapide et très agile derrière les machines, le lait, la crème. Je scotche un peu, il est grand et rouge, mon age, c’est une montagne, ses yeux plissés et minuscules sous les cheveux roux crépus. Mais d’où elle sort cette tignasse rêche comme une brosse ?
– Tu bois un verre ce soir ? Il lance
– Non pourquoi ?
Ça le fait rigoler, il balance une tonne de chantilly que j’avais pas demandée dans mon café.
Droit comme un I près de la caisse, un gérant doucereux à gueule de poisson, toise le dépravé hirsute en chemise tâchée, sa bouche déjà tout étriquée se pince faisant rebondir les lèvres contre le menton.
– Bokné !
– Ouais !
– Tu vas rentrer chez toi !
– Nan chef ! je me sens bien !
– BOKNÉ !!
Mais le barman et sa tronche pétée focalisent sur moi :
– Elle prendra un petit cocktail maison la demoiselle ?
– Il est 9h30 !
– Bah reviens ce soir !
– Nan !
– Alleeeezzz quoi mademoiselle !
Je souris, le gérant se précipite derrière le bar et arrache le chiffon de la main du barman, le pousse vers la sortie.
– Je le dirai pas deux fois, vas prendre l’air et une douche tu schlingue, reviens quand tu seras propre ! Désolé mademoiselle hein ! Un euro.
– Je croyais que c’était offert.
– Ah ça je lui ai offert patron !
L’autre est furieux, il envoie un grand coup d’épaule qui fait valdinguer le « bokné » hors du comptoir, je le regarde tanguer joyeusement vers la sortie. Le gérant mérou pose mon café sur le comptoir.
– Allez vous en ! c’est bon pour cette fois.
Je l’emporte mon noisette allongé gratuit débordant de chantilly.

Le « Bokné » est assis sur le muret.
Mon muret devant MES boites. Il roule sa clope. Je pose mon sac et mon café à coté de lui puis je commence à ouvrir les huit cadenas verrouillant les couvercles. Je reviens vers lui, je m’assois au soleil. Est-ce que c’est un vrai relou ?
– C’est bien ça bouquiniste, t’es jeune hein ! C’est à toi ?
– Nan je bosse pour la famille. C’est ton prénom ça « Bokné » ?
– T’aurais pas de la SF ?
– J’ai pas grand chose, Asimov, je crois qu’il y en a deux ou trois.
– J’ai quasiment tout lu de lui, je peux les voir quand même ?
– Ouais bah reste un peu faut que j’ouvre.
– Cool ! Il balance les jambes l’air content.
Je m’attaque au premier couvercle.
– Mais t’étais pas censé aller te laver ?
– J’irais plus tard.
Je ris. La coque des boites grince méchamment, je la pousse vers le haut à deux mains, je me sens toute écrasée en dessous, il me regarde un peu sceptique faut surtout pas que je perde la face.
– Ça veut dire quoi Bokné ? C’est un surnom ?
– C’est lourd un peu ton truc non ?
– Ouais… tu réponds à ma question ?
Je finis de caler l’auvent de la première boite et pose mes affaires dedans. Il regarde la route, sa bouche s’ouvre et se ferme, il émet un petit clac de la langue.
– Bokné !
– C’est mon prénom.
– Ah merde.
– Mais du coup je me fais appeler Flo.
– C’est bien Flo.
Il opine. Je m’élance vers la deuxième puis la troisième boite. Au début Jasna, elle avait peur que je sois trop petite pour les ouvrir quand elle m’a formée, mais je le voulais tellement le job… je galère beaucoup mais je finis toujours par y arriver, il le faut.
– En fait ça prend vachement de temps de les ouvrir ! Il s’exclame.
– Bah en tout avec l’étalage, y en a pour une heure. Mais c’est parce que je viens de commencer. Tiens regarde.
Je fouille à la recherche de SF, en fait y en a plus que prévu, je lui apporte, moi j’y connais rien à la science-fiction, je préfère Henry Miller, lui c’est ma passion en ce moment, je lis tout ce que je trouve.
– la Nuit des Temps ! Putain il est ringard celui là.
– Pas tant que ça, il colle parfaitement avec la mode végane.
– T’as raison. T’en vends beaucoup des bouquins ?
– Les gens préfèrent les Tours Eiffel… ça j’en vend plein, mais les livres…
– Ça m’étonne pas… Je crois que je vais te prendre Dôme, je l’ai pas lu.
– Moi non plus.
Il reste encore un peu là me regardant déballer les cartes postales avec un petit sourire, puis il se lève.
– Bon je vais aller faire ma petite toilette moi je me sens groggy. On se voit tout à l’heure au café.
Je le regarde s’éloigner dans la rue, il s’arrête sur le trottoir d’en face.
– Et c’est quoi ton prénom ?
– Soizic !
Ça le fait rigoler, il s’éloigne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :