Michou saint d’esprit

IMAG0219_1

Aujourd’hui, pour la troisième fois, j’ouvre les boites de Jasna dans l’ombre moite de l’arbre à pollen, mes doigts trébuchent entre les barres métalliques et le poids des couvercles, on m’a dit que j’allais m’habituer mais tous les matins c’est une tannée à soulever.
J’ai disposé tables et chaises, puis les livres sur le devant comme je pouvais. Je recule pour observer mon étalage, ça dégouline en grappes, c’est accroché de travers, des cartes postales pullulent sur les côtés.
Ça m’a pris une bonne heure de sortir tout ce bazar et le l’entreposer sans rien cacher ni casser, je me pose sur le muret en regardant les passants, vérifiant que j’ai bien tout, le carnet de comptes, la monnaie, un stylo… je roule une cigarette et attend les premières ventes.
La rue se dilate, les bus se penchent d’un coté sur l’autre craquant pétant leurs grandes giboulées d’air et de gaz. Autour quelques tas de piétons trépignent au feu rouge. Le café Panis en face, mastique et recrache tout un fatras de gens, de frites et de steaks, de demis en pression, c’est une grande cavalcade de renvois et de gloutonnerie. Ça pue le gras dans toute la rue mais il paraît que c’est quand même bon là bas. C’est le bar dans lequel on peut aller au toilettes et prendre du café à un euro au comptoir ou à emporter, mais j’ai pas encore osé y aller parce que je suis maniaque avec la boutique, j’ai peur que quelque chose se casse la gueule.
À un moment je vois un type chargé comme un mulet qui s’approche sur le trottoir. Il porte des sacs de super marché débordants de bouquins, en vrac, dans tous les sens.
Quand il me voit, il accélère sensiblement, claudique jusqu’à moi, pose toutes ses affaires à mes pieds et lève le vieux bob qu’il porte sur son crâne chauve en me tendant la main.
– Ah bonjour ! Une nouvelle recrue ! Moi c’est Jean-Michel ! Vous pouvez m’appeler Michou !
– Bonjour…
J’essaie de retirer ma main qu’il continue de secouer les yeux fixés sur mes seins je me sens mal. Il remet son chapeau.
– Vous êtes charmante hein ! ça fait longtemps que vous êtes là ? On va faire affaire tout les deux !
Pas le temps de répondre, il plonge la tête la première dans un de ses sacs de livres, ça y est je percute, c’est un courtier. Un de ces mecs chelous qui vendent des livres aux bouquinistes, Jasna m’a dit qu’ils avaient tous plus ou moins un pet au casque et qu’il fallait faire attention parfois, moi de toute façon, j’ai pas le droit d’acheter.
– J’achète pas. Je lui dis
Il en pose une dizaine sur le muret.
– Ça coûte rien de regarder hein mademoiselle, même pour vous, pour votre culture personnelle…
Il parle toujours à mes seins. Je jette un œil à son foutoir, j’y trouve : « Se soigner avec la Lune » « Quarante ans, lancez vous dans une seconde jeunesse » « Le tarot de Marseille en trois chapitres » ou « Soyez heureux dans vos intestins ». Ma culture personnelle ?! On est pas chez France Loisir ! Je suis bouquiniste moi !
Il me fait des sourires adipeux en m’envoyant un discours sans interruption, extrêmement long et j’ai pas le temps d’en placer une.
– Et alors là vouzavez vouzavez vouzavez ! Le plus intéressant des auteurs sur la question de la réparation des moteurs à vapeur ! ça va vous plaire c’est garanti ! Il est en très bon état ! J’en ai appris de belles vous savez !
Et il s’agite le Jean-Michel, un vrai vendeur d’aspirateurs en porte à porte dans une zone pavillonnaire. En même temps, il essaie de me toucher l’épaule par tous les moyens et moi je danse sur le trottoir pour l’éviter, il dit:
-Non parce que…
Sur le ton de la confidence, ses doigts s’approchent de moi, je fais une pirouette contrôlée pour attraper mon briquet et fait mine de rallumer le vieux mégot éteint que j’ai encore dans la bouche. Il continue le bras dans le vide.
– … Ça s’est un produit que vous trouverez nulle part ailleurs à ce prix là ! Vous l’aurez pour dix euros chez Nature et Découverte, chez moi c’est un euro tout rond ! Vous vous rendez compte ?!
Il se rapproche de moi il pollue mon espace privé, la bulle d’un mètre de diamètre.
– Je suis désolée monsieur, j’achète pas.
– Appelez moi Michou !
– Ok Michou.
– Ahhh !
Il est content il me tape sur l’épaule et y laisse sa main, il serre un peu.
Je lui ferais bouffer son chapeau à Jean-Michou, mais on m’a dit de fermer ma gueule et d’être polie avec les courtiers « t’es toute seule sur le quai Soizic, on travaille dans la rue ici, donc tu te fais bien voir ! » ça me fout en rogne. J’arrive pas à m’en débarrasser il est gluant, j’en ai des frissons, la seule phrase que je lui répète cinq ou dix fois c’est « j’achète pas » et « désolée ».
Je contrôle.
Je ne contrôle rien du tout.
Je ME contrôle pour pas me faire casser la figure, on sait pas comment il peut réagir, la rumeur court qu’ils sont pas toujours fins les gens, moi je suis une fille de petite taille et jeune, puis celui là il me rassure pas trop.
Mais ça veut pas dire que j’ai peur hein ! J’ai pas peur ! Jamais de la vie.
Non, je suis furax. Ma condition physique fait que je ne peux pas l’envoyer balader, ni cogner sa face effritée sur le trottoir.
Même si j’en ai très très envie. Soizic Kostoglotov, de ses deux bras enfonce le bob de Jean-Michel sur sa trogne, éclate son crâne d’œuf sur le béton, le percute deux ou trois fois jusqu’à ce qu’il explose comme une noix de coco et se répande tout doucement… !
– Désolée Michou, j’achète pas. J’arrive enfin à sauver mon épaule.
– Bon… (coup d’œil à mes seins) Bah au moins j’aurais essayé !
Et il remballe ses torchons en vrac dans leurs paquets, hisse le tout sur son dos.
– En tout cas je repasserai vous voir parce que vous êtes bien gentille ! ça m’a fait plaisir de vous rencontrer Mademoiselle Soizic !
– Pareillement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :