Tu vas voter au second tour?

– Alors du coup tu vas pas voter Soizic !

– Si.
– Voilà, tu te fais entuber !
– Pétrole !
– Tu te laisses glisser dans le bac à fumiers sans rien dire, bien tranquillement, comme tous ces imbéciles.
– Ces imbéciles ? C’est qui ces imbéciles ?
– Ceux qui ont voté pour ce système.
– Ah ! ceux là… « eux » tu veux dire, « eux » et « nous », « vous » et « nous », « ils »
– Hein ?!
– « Nous » luttons contre « vous », « vous » détruisez la société ? Nan, mon pote, la vérité, c’est que « nous » détruisons la société, je veux dire le « nous » qui inclut le « vous ». « Nous tous ».
– C’est tordu ton truc.
– Bah non, c’est comme ça que tu penses toi ? C’est comme ça que nous vivons ensemble ? Que nous projetons notre pays dans le monde ? En disant « vous » et « nous » ? « Eux » là bas ? Tout ce mépris en déferlante sur Facebook, traiter les gens d’imbéciles, les tourner en dérision par des vidéos, « ah le pauvre mec du FN devant le journaliste, il comprend pas la question ! hé qu’est-ce qu’il est con celui là, HAHAHA ! faites le tourner, humilions le ! », c’est bien tout ça, c’est beau, c’est intelligent…
– Bah c’est vrai que c’était drôle, ils n’ont que ce qu’ils méritent.
– Non, justement, personne ne mérite ça, la stupidité, c’est ça ! l’humiliation, l’insulte, le mépris, ne pas être capable de faire autre chose, de montrer autre chose, que la colère. Penser que les gens sont bêtes…
– Les gens sont cons !
– C’est faux, archi-faux ! je refuse de dire ça, je m’en veux de le penser parfois. Je crois que les « gens » sont feignants du cerveau, tu vois, c’est vrai que beaucoup ne cherchent pas à agrandir leur esprit, par manque d’écoute, de culture, de lecture. Parce qu’ils pensent aussi que la culture, la lecture, l’écoute, les rejettent (Depuis l’école peut-être ?). Ça les conduit à des raisonnements qui divisent, qui discriminent, parce que c’est facile, et que vivre est déjà très compliqué, mais ils ne sont pas cons. Dire qu’ils sont cons, c’est tirer un trait sur eux, c’est définitif, poubelle ! Dire qu’ils sont feignants, c’est ne pas oublier que nous le sommes tous d’une certaine manière, que ce « ils » est tout à fait relatif, et savoir qu’il est possible d’évoluer.
– Ouais… Donc du coup pour en revenir au vrai sujet tu vas voter Macron ?
– Oui.

– Et c’est comme ça qu’on laisse la société s’écrouler tout doucement, fascisme libéral.
– Oui c’est vrai je vais aller voter pour Macron qui prétend « rassembler », alors qu’il n’y connait pas grand chose à l’humanité, à la complexité des individus, il n’a pas la moindre idée d’à quel point les gens sont précieux, il a oublié comme toi et comme moi parfois, que derrière l’apparente simplicité d’esprit, il y a une complexité immense, qu’il faut en prendre soin, il n’a pas prit la peine d’aller regarder la vie de tout le monde, de la prendre en compte, il a grimpé les échelons, il est resté dans les bons élèves, il pense que ça suffit, peut-être sincèrement d’ailleurs. Il se trompe, il lui manque l’expérience par la vie.
– Génial.
– On parle économie, social, système, on oublie tout le monde, je vais voter contre la sangsue, qui saigne le cerveau, qui fait grossir les plaies, qui pousse l’humain à dire « vous » et « nous » d’une façon encore plus primitive que nous le faisons déjà.
– Donc la France insoumise tu lâches le truc.
– Non, La France Insoumise, c’est beau, c’est mon parti, j’ai voté pour, je revoterai pour, je suis déçue parce qu’il y a un moment ou j’ai cru que c’était possible, que ça passerait, qu’on arriverait à construire quelque chose de plus juste, de plus beau. Mais la colère est tellement violente.
– Bah c’est normal d’être énervé.
– Oui, non, moi je vois une mauvaise vague sur les réseaux sociaux, les gens disent ouvertement qu’ils « méprisent », je vois les mots « imbéciles », « fermez là » « vos gueules », des éructations formidables, et vas y que je te crache ma bile en ligne, que j’irai pas voter, parce que les deux sont pourris, sans différences, ah oui ? Vraiment ? T’as bien regardé ? Trump et Clinton c’est la même chose ? Macron et Le Pen c’est pareil ? Ah ouais ? Et tu y as pensé à ta liberté d’expression, celle qui te permet de d’écrire ce que tu veux, de le dire ? T’es vraiment sûr qu’elle ne sera pas remise en cause par le FN ? La jambe est pourrie chef ! elle est noire, elle pue la mort, et l’autre elle est cassée. Bon docteur on ne sait pas laquelle il faut couper… on hésite…
– Sophiste.
– Ah non, ça c’est une métaphore, Lepen est sophiste ! pas moi.
– Ils sont tous sophistes.
– « ils », on y revient, c’est ce « eux » et ce « nous ». Depuis des millénaires c’est toujours le « eux » et le « nous » qui nous conduisent à la catastrophe, à la haine, l’aigreur. La haine ne réfléchit pas, elle nous éloigne de nos raisonnements parce qu’elle est pleine d’affects, de pulsions, elle fait barrage à la pensée. Elle fait du mal aux esprits, et tu sais quoi ? Je la vois partout, la haine à gauche, la haine à droite, cette colère irréfléchie, c’est ça qui m’effraie.

– Oui mais il faut lutter.
– Oui, mais pas comme ça, IL FAUT PRENDRE SUR SOI, c’est sûr que c’est plus facile de lutter contre « eux », se permettre d’oublier l’individualité des gens parce qu’ils ont oublié la nôtre ou qu’ils ne l’ont même pas apprise. C’est de bonne « guerre ». Soyons comme ça, aussi médiocres, ne lisons pas nos erreurs dans le travail des écrivains, des philosophes, des historiens de toutes les époques, glissons vers la laideur, toujours la même. Ne faisons pas l’effort immense de bloquer la rage pour construire autre chose, trop dur, ça prend plus de temps. Vouloir les détruire, les détester, parce qu’après tout, quelque part c’est juste, ils ont tout, ils veulent nous avilir. Ouais c’est facile de détruire une cible, c’est le mécanisme du Front National ça, une cible à visualiser et à détester. Voilà c’est ça la vérité, c’est « eux » qu’on déteste ! super, comme ça tout est bien rangé !
Et tu vois, c’est là qu’on devient dangereux. Pour nous même et pour les autres. « Nous tous ». Autodestruction de l’espèce intelligente quand elle réduit son vocabulaire, quand elle supprime les nuances, qu’elle oublie que le gris existe entre le noir et le blanc, quand elle réduit son système de pensée… à un seul système de pensée, quand elle grogne par groupes, quand elle perd patience et se laisse envahir, quand elle arrête de vouloir expliquer, de vouloir comprendre.

© Carnets de Soizic 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :