MANUEL DE SURVIE EN SOCIÉTÉ POUR BOULETS ET AUTRES SEMI-HANDICAPÉS (partie 1)

 

 

La première grande loi à connaître pour survivre en société quand on est un boulet ou un semi-handicapé comme moi est la suivante :
– Si les conseils préventifs (ci-dessous) donnés dans cet article ne suffisent pas à éviter une catastrophe humiliante au sein d’un groupe d’individus donné, il vous faudra, quel que soit votre état de panique, rire plus fort que les autres de vous-même, dire avant les autres, toutes les réflexions désagréables qu’ils auraient pu vous faire.
Riez, hurlez de rire, compensez.

Généralité constructive à connaître : L’humain a peur de la mortification, il admire l’autodérision.

1 : LA TOILETTE DU MATIN

– Ne vous maquillez pas, ou bien faites vous maquiller par un ami, ou conjoint, quelqu’un qui vous veut du bien quoi.

– Demandez avant de sortir si tout est ok dans votre apparence à ceux qui vivent avec vous et qui vous veulent du bien.
Si vous vivez seul, imposez vous trois minutes d’inspection devant miroir en pied, ou faites un facetime avec votre mère, si elle vous veut du bien. En tout cas ne lésinez pas.

2 : POUR SORTIR DE CHEZ SOI, IL FAUT S’HABILLER. COMMENT S’HABILLER QUAND ON N’EST PAS TRÈS DÉGOURDI DANS LA VIE.

Je tâcherai de vous indiquer la route tout en vous laissant le plus de liberté possible. Il ne s’agit pas ici de priver qui que ce soit de la joie incommensurable qu’on éprouve à se sentir merveilleux et magnifiques dans nos vêtements.

– Enveloppez vos jambes couvertes de bleus même l’été si vous voulez absolument porter robe et short. Vous ne voulez pas ressembler à Christopher, 8 ans et demi après le match de balle ovale.
NE PAS METTRE DE BB CRÈME SUR VOS BLEUS, il est évident que vous allez renverser votre café ou votre smoothie au court de la journée, BB crème/liquide collant, ça fait des grumeaux, croyez en mon expérience.

– Portez des couleurs sombres.
Si, comme moi vous aimez les couleurs criardes, tâchez de choisir des aliments de la couleur de votre vêtement.
Par exemple, le petit caraco fuchsia s’accordera très bien avec une salade de betteraves.

– Ne portez pas de vêtements trop longs dans lesquels vous risqueriez de vous emmêler à un moment donné. Ne pas se balader en sarouel prêt des rails du métro ni quand vous escaladez la statue place de la République. Le sarouel est destiné aux endroits où le niveau du sol est toujours le même.

– Avant de sortir des toilettes (un classique), faites comme si vous traversiez une route, mais sans regarder, touchez à gauche de votre derrière, puis à droite, puis encore à gauche pour vérifier que rien n’est rentré ou accroché.

– Si quelque chose ne va pas dans votre tenue malgré tout, et que quelqu’un vous en fait la remarque (collant troué, pantalon déchiré, tâche…), dites que vous êtes overbooké en ce moment.

– Soyez conscient dans vos choix vestimentaires que la doudoune malgré tous ses inconvénients esthétiques (on en a parlé précédemment), est très à la mode et qu’elle amortit bien les chocs.

3 : DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN.

– Connaissez parfaitement votre trajet quotidien dans tout son relief, stimulez votre mémoire, apprenez des poésies. Ou si vous ne vous sentez pas capable d’ouvrir un livre, mémorisez les noms de tous les résidents de votre immeuble écrits sur les boîtes aux lettres.

Attention aux facéties des agents de la voierie, déposeurs de parpaings et de poubelles imprévus, aux farces des possesseurs de cabas, aux chiens et aux enfants de moins de six ans qui courent partout, nous sommes tous victimes de la surpopulation.
Attention aussi aux colis abandonnés sur lesquels vous pourriez trébucher et qui pourraient s’avérer être des bombes.

– Si vous marchez doucement pour ne pas vous tromper dans les stations parisiennes, ça irritera forcément les autres usagers. Ce n’est pas de leur faute, ils ne savent pas qui vous êtes.
Vous devez être patient avec eux.
La Sagesse de l’Handicapé transmise de génération en génération aux handicapés leur inculque dès les premières années de leur vie une certaine conscience de l’ignorance et de la maladresse de l’autre.
Le bègue dont vous avez fini la phrase l’autre jour vous a regardé avec reconnaissance, au fond de lui il était très agacé. Simplement il a fait preuve de compassion à votre égard.
Prenez en de la graine dans les transports en commun.

La meilleure des solutions est toujours de porter un casque à musique sur les oreilles et d’avoir un air rêveur (bien sûr la musique sera éteinte et tous vos sens en alerte).
Si l’on vous pousse, vous pouvez aussi décaler votre pied légèrement sur la droite ou sur la gauche en espérant que le pousseur se fracasse. Croyez en ma longue expérience, c’est agréable.

– Ne vous asseyez JAMAIS sur votre valise à roulette à la gare pour avoir l’air décontracté.

4 : LA CHUTE

La chute est incontournable, ça vous est déjà arrivé, ça vous arrivera forcément un jour.

Mettons nous dans la situation qui m’arrive fréquemment :
Vous vous êtes rétamé, viandé, écroulé sur le trottoir, ça vient d’arriver, vous êtes par terre au milieu des autres.
Ne vous dites pas que personne ne vous regarde, tout le monde vous regarde, tout le monde vous a vu. Admettez le, ne soyez pas lâche. Redressez vous tranquillement en vérifiant que vous n’avez rien de cassé, c’est la priorité. Laissez les gens vous aider, même s’ils ne peuvent pas s’empêcher de rire. Le rire est une défaillance du système nerveux.
Le rire est bon pour la santé.
Du coup on peut se dire que tomber d’une manière grotesque est un acte profondément altruiste et louable.
C’est quand même un point positif.
Bravo.

Sachez que la personne qui vous ramasse, celle qui rigole en envoyant un snap à son pote, le crétin qui a sa main devant sa bouche pendant tout ce temps, tous ces gens là sont déjà tombés, ils se rétameront un jour de tout leur poids sur le bitume, se casseront peut-être même les dents, ils le savent au fond d’eux-mêmes.
C’est comme ça.

Pensez à la toute première loi et si vous n’avez pas trop mal, riez.
C’est bon pour votre santé.

5 : AU COURS DE LA JOURNÉE, LE JARGON DU TRAVAIL

Le travail est souvent un lieu d’angoisse parce que la vie au sein du groupe et les règles du comment être une personne cool, sont difficiles à respecter.
En fait elles sont intenables et stupides mais personne n’ose le dire parce que tout le monde veut s’intégrer.
Personne ne veut devenir ou redevenir le boulet de la cour de récréation (c’est là qu’on voit qu’il est bon d’avoir franchi l’enfance pour passer dans le monde mature des adultes).
La chose essentielle à comprendre c’est que quasiment tout le monde est angoissé à ce propos, tout le monde se sent isolé face au regard des autres. Plus les gens sont stressés et se sentent seuls dans leur stress, plus ils s’appliqueront à avoir un air détaché, habitué, connaisseur, détendu.
Et par conséquent, plus vous aurez l’impression d’être le seul boulet sur terre malgré l’air détaché, habitué, connaisseur, détendu que vous collerez sur votre petite face affolée.

LE LUNCH (parce que si vous êtes un boulet, il vaut mieux éviter tout « francisisme », coucou Francis… afin de passer inaperçu dans la vague des gens normaux) :
Vous serez overbooké  (on l’a dit plus haut)
Pour l’étude de cas vous direz case study
Pour la pause clope ou café vous direz small talks
Pour une bière au PMU après le boulot vous direz afterwork même si vous êtes plombier.
Vous aurez une légère gueule de bois parce que la veille vous étiez sur un super rooftop. (ça c’est la classe, n’avouez jamais que vous étiez au Black Dog avec vos potes nazis).
Vous irez checker des produits au showroom.
Vous n’aurez plus d’échéances, vous aurez des deadlines.
Pour une séance de réflexion en groupe vous aurez des brainstormings.
Votre patron sera content de vous il vous félicitera sur votre punchline.
Vous louerez les joies sonores de l’open space et du co-working.
Le petit déjeuner du dimanche est un brunch.
Le déjeuner du midi le lunchtime.

N’utilisez que des formules CONNUES et AGRÉES par la communauté, ne cherchez jamais à inventer des « selfmeeting », des « funjokingtime » des « gobuyfood », ça ne fonctionne pas comme ça, vous vous ridiculiserez.

Sachez que ce nouveau vocabulaire remplacera des formules complexes et contenant parfois jusqu’à plusieurs mots (!!!!).
Ça appauvrira petit à petit votre langue, et par conséquent votre capacité à réfléchir.
La complexité de votre pensée sera drastiquement réduite si vous simplifiez votre langage. C’est un fait.
Ça veut dire que vous deviendrez un peu plus bête que vous ne l’êtes.

Soyez tranquilles personne ne s’en apercevra.

 

© Carnets de Soizic – 2018

un commentaire

  1. ❤ !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :